LA SOUFFRANCE DU BATIMENT AU MAROC DE L’INCONFORT THERMIQUE

Au sens de minimiser l’impact du bâtiment sur le changement climatique, les pays européens ont commencés de travailler la dessus dès 1974 suite au choc pétrolier de 1973, d’où l’apparition de la première règlementation thermique de construction, cette dernière s’est développée par la suite à cause du deuxième choc pétrolier de 1979 et a subit toujours de développement jusqu’à l’arrivé à la réglementation actuelle RT2012, ensuite visant à avoir  en 2020 des bâtiment à énergie positive dans le  sens du Plan Bâtiment Durable .

 

Le Maroc de sa part a bien fait de son mieux pour développer  la stratégie d’économie d’énergie  dans le secteur du bâtiment, de ce fait ,suite au décret N°2-13-874  la règlementation thermique vient de voir le jour en 15 octobre 2014  et apparue dans le bulletin officiel et elle s’est mise en vigueur en 6 novembre  2015 .

 

Cette réglementation traite bien deux volets principales, l’un concerne l’enveloppe du bâtiment appelé approche prescriptive, et l’autre traitant la consommation énergétique du bâtiment  s’inscrivant dans la dite approche performantielle.

 

Aujourd’hui alors au Maroc, et même après l’apparition de la RTCM, le bâtiment souffre toujours de l’inconfort thermique en hiver qu’en été !!!

 

L’application de la RTCM au Maroc a été faite pour les bâtiments économiques par ALOMRANE par exemple ; pourtant même si après  l’introduction de l’isolation, elle est bénéfique en hiver puisqu’elle chauffe le local, pourtant en été, il y a toujours recours à la climatisation  d’où la hausse de la facture électrique.

 

De ce fait le secteur du bâtiment est un secteur  consommateur, même après  l’apparition de la réglementation, la nécessité de renforcer la sensibilisation reste indispensable surtout que c’est une nouveauté au niveau du Maroc et c’est un thème bien d’actualité, surtout qu’il touche à la réduction de l’impact sur l’environnement et la baisse du réchauffement climatique

 



Laisser un commentaire